OSCARS

Repenser la rénovation en synergie

Le projet OSCARS apporte une aide précieuse à la rénovation énergétique des bâtiments, en adoptant une approche non pas individuelle, mais par quartier.

Projet de recherche & développement financé par l’Office fédéral de l’énergie (OFEN), OSCARS est porté depuis 2016 par le CREM. Il s’agit d’un modèle mathématique qui doit permettre de définir la meilleure stratégie de rénovation du bâtiment et de son système énergétique.

L’enjeu est de taille, puisque la rénovation énergétique a des impacts importants, non seulement sur la consommation d’énergie, mais aussi sur l’environnement.

Une particularité d’échelle

OSCARS intègre à la fois des paramètres techniques complexes et des données économiques. Ce qui le rend singulier est l’échelle à laquelle il travaille, c’est- à-dire non pas celle du bâtiment indivi- duel mais bien celle du quartier où les habitations sont considérées ensemble, dans un rapport de synergie. Alors que les solutions de rénovation sont généralement envisagées pour un objet unique, cette vision plus large permet au projet de l’OFEN de mettre en lumière des solutions de rénovation inédites.

Cette hauteur de vue permet également de réaliser des économies d’échelle. En effet, là où par exemple il faudrait un système de chauffage par bâtiment, un équipement plus grand pourrait suffire à alimenter plusieurs constructions mises en réseau. Ainsi une pompe à chaleur, plutôt onéreuse à installer, reviendrait moins cher à l’utili- sation, parce que de plus grande taille.

Deux cas d’étude dans le Haut- Valais

Le CREM a appliqué son modèle à deux cas pratiques des Alpes valaisannes: le village de vacances Reka à Blatten- Belalp et un quartier de Naters présen- tant un fort potentiel de rénovation. Dans le premier cas, l’ensemble était déjà rénové et OSCARS a été appliqué pour comparer cette rénovation effec- tive à celle qu’il proposait. Dans le deuxième cas, il s’agissait de déterminer si le modèle pouvait prévoir la consom- mation des bâtiments dans différentes configurations (types de murs et fenêtres, isolation, etc.)

Dans un premier temps, l’optimi- seur s’intéresse aux seuls coûts de rénovation, cherchant les solutions les plus avantageuses. Ensuite seulement est pris en compte l’impact sur l’envi- ronnement. Il ressort des tests que la solution la moins chère est plus avanta- geuse pour l’environnement si les bâti- ments sont considérés par quartier au lieu d’individuellement. Pour des coûts équivalents, une approche par quartier permet d’économiser jusqu’à 60% de rejets de CO 2 .

Le projet OSCARS, aujourd’hui terminé, n’avait pas pour but la commercialisation d’un outil. A long terme, il pourrait toutefois permettre de converger rapidement vers une solution de rénovation réalisable et exploitable. Il s’agira alors de rendre l’outil plus robuste et rapide, tout en conservant sa précision.

Porteur: CREM
Partenaires: KAEMCO LLC, Elimes AG
Financement principal: OFEN
Durée: 01.09.2016 – 30.11.2018